Question 1 – Le RTC, c’est quoi?

Le RTC « Réseau Téléphonique Commuté », est la technologie historique du service de téléphonie fixe.
Les lignes RTC ont été déployées dans les années 70 et 80 par les PTT, puis France Télécom, devenu depuis Orange. Les lignes RTC s’appuient sur un réseau physique en cuivre nommé « boucle locale cuivre ». Il faut bien distinguer le RTC de ce réseau physique. En effet, la boucle locale cuivre supporte d’un côté la technologie RTC et de l’autre la technologie xDSL, connue du grand public sous la dénomination ADSL.
Le RTC est donc la technologie qui gère le service de téléphonie quand on branche un téléphone directement sur la célèbre prise T, en opposition à de la téléphonie sur IP qui passe par un boitier intermédiaire tel une box.

Question 2 – Pourquoi le RTC s’arrête-t-il?

L’opérateur historique justifie cet arrêt par plusieurs facteurs : D’un côté l’obsolescence des équipements, qui entraîne des coûts de maintenance croissants, de l’autre le désengagement des fournisseurs d’accès qui s’orientent vers une autre typologie de technologies.
Il préfère donc consacrer ses ressources à la technologie xDSL et au déploiement de la fibre optique, technologie en constante progression.
Cette décision à été prise conjointement et avec l’autorisation de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) afin de basculer toutes les communications vers l’IP, un protocole plus adapté, moins complexe et plus performant.
À noter que la fin du RTC est une démarche internationale. Par exemple, la Suisse, la Croatie et la Macédoine ont déjà effectué ce changement.

Question 3 – Qui est impacté par ce changement?

Sont concernés tous les utilisateurs professionnels ou particuliers disposant d’une ou plusieurs lignes classiques : téléphones fixes branchés sur une prise murale en T, lignes pour le fax, systèmes de protection, ascenseurs, terminaux de paiement ou autres.
Tout le monde devra souscrire à une offre de téléphonie via un système type box ou un équipement ad hoc.

Question 4 – Le RTC s’arrête-t-il demain?

Non, l’arrêt de la technologie RTC va être progressif – il est prévu en deux grandes étapes :

  • Etape 1 -Arrêt de la production de nouveaux accès RTC:
    Depuis le 15 novembre 2018, Orange a arrêté la commercialisation de nouvelles lignes en technologie RTC, sur l’ensemble du territoire métropolitain. Il n’est plus possible de créer de nouvelles lignes mais les lignes existantes continueront de fonctionner. La commercialisation des lignes Numeris (T0 et T2) s’arrêtera au 15 novembre 2019.

  • Etape 2 – Une fermeture technique progressive :
    Orange procédera à la fermeture technique effective de la technologie RTC par plaques géographiques à partir de fin 2023.
    L’Arcep impose l’annonce au moins 5 ans à l’avance du périmètre géographique des plaques devant être fermées, afin de donner le temps à l’ensemble des opérateurs et des utilisateurs de migrer vers une autre technologie. En octobre 2018, Orange a annoncé les premières communes concernées par l’extinction de la technologie RTC, dont tous les usagers devront avoir migré au 26 octobre 2023.

Question 5 – Est-ce la fin de la téléphonie fixe ? De la boucle cuivre ?

Non, absolument pas. Simplement, au lieu de brancher son téléphone fixe directement sur une prise T, le téléphone sera connecté à un boitier intermédiaire qui fera passer l’utilisateur d’un réseau analogique (RTC) à un réseau numérique (TCP/IP).
Ce type de solutions est comparable aux célèbres décodeurs TNT, nécessaires pour accéder aux programmes de télévision sur les anciens téléviseurs.
De même, la boucle cuivre continuera d’exister, notamment pour porter les technologies xDSL. Il sera donc toujours possible de créer une ligne cuivre pour bénéficier du xDSL.
La technologie xDSL est compatible avec la téléphonie sur IP.

Question 6 – Quel avenir pour les PABX / Autocoms ?

Le fameux PABX / Autocom, qui a pour réputation de fonctionner en toutes circonstances, même en cas de coupure de courant, grâce à ses batteries, va devoir trouver une solution alternative.
Une première solution consiste à convertir le signal tout en conservant une partie du matériel, grâce à des systèmes de passerelles ou des convertisseurs.
Cette solution a l’avantage d’être économique et simple à mettre en œuvre. Elle a cependant l’inconvénient de priver les utilisateurs de nouvelles fonctionnalités orientées communications unifiées.
Et pourquoi pas sans PABX ? Même si de nombreux Autocoms sont dits « IP natifs » et prêts à accueillir des fonctionnalités de communications unifiées, il existe des alternatives pour s’affranchir complètement de ceux-ci.
C’est le cas des solutions de téléphonie dans le cloud. Ainsi, les entreprises n’investissent plus lourdement en CapEx dans des
équipements et bénéficient de solutions IP de dernière génération. Il suffit de se doter d’une connexion internet très haut débit et fiable, le reste des de téléphonie fonctionnalités étant opérées depuis les infrastructures de l’opérateur.

Question 7 – -Que se passe-t-il pour les équipements type alarmes, ascenseurs, TPEs…?

Sont concernés tous les utilisateurs professionnels ou particuliers disposant d’une ou plusieurs lignes classiques : téléphones fixes branchés sur une prise murale en T, lignes pour le fax, systèmes de protection, ascenseurs, terminaux de paiement ou autres.
Tout le monde devra souscrire à une offre de téléphonie via un système type box ou un équipement ad hoc.

Question 8 – En passant sur une technologie tout IP, les fonctionnalités sont-elles les mêmes?

Oui, avec les solutions tout IP, l’utilisateur retrouve l’ensemble des fonctionnalités connues auparavant et bien plus encore !
La technologie IP propose des fonctionnalités bien plus poussées, améliorant la collaboration et la productivité des utilisateurs. Ces solutions apportent une grande autonomie dans la gestion quotidienne de la téléphonie : paramétrage, ajout de postes, modification du message d’accueil, …
Flexible et évolutive, cette technologie s’adapte facilement à tous types d’environnements professionnels.
Au-delà des nombreux avantages fonctionnels, l’économie est aussi un des facteurs positifs, il n’y a plus de standard téléphonique physique sur site, celui-ci est déporté dans les infrastructures de l’opérateur. Il n’y a donc plus de maintenance du matériel et les coûts des abonnements et consommations sont réduits.

Share This Information

ALORS, VOUS ÊTES PRÊT?

OBTENEZ UN DEVIS